Expressionism

La face, JL Curabet, la peint sans masque, nue, innocente.

La violence de l’existence, la menace de la catastrophe, la permanence des injustices sont au cœur de cet univers devenu profond dans son propos.

L’expérimentation pugnace du potentiel de la peinture, à travers des expériences de frottage, de coulures et de tâches, d’empâtements et de transparences, a généré l’apparition de nouvelles faces. Dispensées de l’obligation d’être cernées, les têtes qui s’imposent à présent, ne sont plus dessinées mais rythmées par la trace de couleurs, choisies sur une palette restreinte et sobre. Souterraines ou célestes, ces figures s’affichent universelles, intemporelles. Leurs traits se sont fait ombres et la manière dont ces personnages nous interpellent, si elle porte plus que jamais en elle la part la plus sombre de nos interrogations existentielles, ne nous en invite pas moins à la vigilance, la résistance, l’exigence.   

  A suivre….

                                 Françoise Monnin, rédactrice en chef magazine Artension

Advertisements